28.2.05

Grosse tete nous? jamais!

Plus de 2000 photos ont été prises à Marseille. Soit par les rédacteurs, soit par un "photographe" qui les accompagnait. A ajouter à cela toutes les photos chinées à droite à gauche, les illlustrations à trouver. Les trois red-chefs icono, qui justement sont en charge des images, ont pas mal de boulot. Car il a d'abord fallu les trier, les numéroter, les attribuer à une personne (un coin "perdu de vue " a été créé dans la salle des ordis, afin de déterminer qui sont certaines personnes prises en photo). Ensuite, il a fallu vérifier la qualité des photos, en commander d'autres au dernier moment, quand on s'est apercu que par exemple, il n'y avait pas de "gens" sur une page ( c'est toujours très important d'avoir des "gens" pour un article. Et timidité ou maladresse de notre part, on n'a justement pas toujours pensé à les prendre en photo, ces "gens", ou alors de trop loin). Et puis, chaque rédacteur est venu demander "sa" photo, celle qui allait avec son article. Et c'est là apparemment qu'il y a quelques prises de (grosse) tête: "Certains veulent absolument faire paraître "leur" photo, même quand on voit bien qu'elle ne va pas avec le papier. En fait, c'est ca le boulot le plus chiant, quand il faut satisfaire les egos de chacun..."



Ce blog se présente comme le making of d'un magazine sur Marseille concocté par les étudiants de l'Ecole de journalisme de Lille. Après un voyage-enquête d'une semaine, c'est le grand retour à Lille... et le début du stress. Il va maintenant falloir monter intégralement le magazine de 96 pages en deux semaines. On attend donc de l'action, de l'anecdote, du désespoir et bien sûr du retard.